FatalEgo.Factory

Usine à particules visuelles, culturellement créative, et egologiquement soutenable.
Urbaine et parisienne, Je cherchait de la place, beaucoup de place pour pratiquer et développer ses activités artistiques, et ses collaborations audiovisuelles. Je a trouvé, à 2h30 de Paris, à la campagne. Des espaces qui s'enchainent dans des perspectives pour stand de tir. Une démesure que Je apprécie et que Je partage volontiers avec d'autres urbains en manque d'un lieu de création et de réalisation. Présentation des espaces de Je et de jeux.
Image 1 Image 2

FATAL EGO FACTORY propose une résidence artistique sans programme.
Réflexion, création, réalisation: le programme de l'artiste - l'auteur - est celui qu'il se fixe dans un temps donné. L’artiste est invité à poursuivre ses recherches personnelles, ou ses collaborations - souvent difficiles à organiser. La résidence lui procure de l'espace et du temps pour créer, dans un environnement unique et accueillant, qui respecte son rythme naturel de création. ...la suite

Image 1

Fatal.GodFather

Premier invité de Fatal Ego Factory: MICHAEL EGGER, artiste vidéo, inventeur, programmeur, musicien et pédagogue. Il a une approche musicale de la vidéo et c'est sous cet angle qu'il développe des instruments de musique-vidéo qui ne génèrent aucun son mais de l'image.
Image 3 Image 1 Image 4

Pour lui, atelier de remise en forme numérique. Au programme: le Fatal Lunch et le temps de parfaire les algorithmes d'un instrument qu'il nomme VideoZither - le touché des cordes se fait à l'horizontal comme sur une cithare. Fatal Egger Week
Invité surprise pour conclure cette résidence en mode live-test pour la VideoZither, Philippe Bertin performant guitariste d'improvisations sonores. Je, à l'initiative de la rencontre, partage la scène. Elle joue ses visuels en glissant, et pinçant de ses doigts les cordes, le long du manche de sa Vidéobass - instrument vidéo conçue en 2011 par M. Egger. Le trio improvise une soirée "Instrumental Video Battle": VIDEOZITHER vs VIDEOBASS. Live At Fatal Factory

Image 4

FatalFoto.Session

Session Shooting. Création de mises en scène originales, avec la lumière des vidéo-projecteurs comme complice, dans lesquelles le modèle se sent assez sublimé pour entrer dans le jeu créatif proposé et participer à une performance artistique. Des mises en situation décalées, surréalistes, pour la réalisation de photos.

Alain Smilo, photographe exigeant, est invité par Fatal Ego Factory pour collaborer avec Je à la réalisation d'une série de photos d'enfants, et d'un calendrier mettant en scène des habitants de Saint-Genou.

Image 1 Image 3 Image 1

Pour la création d'un calendrier villageois Je s'appuie sur la mise en scène des Portraits Classiques peints avec un paysage ajouté en arrière plan, et l'utilisation d'accessoires qui racontent l'histoire du modèle. Les paysages, différents pour chaque saison, sont retro-projetés sur les vitres de l'atelier. ...la suite

Image 1 Image 2 Image 4

Je pense à Magritte en choisissant le ciel pour faire évoluer les enfants dans un espace visuel créé avec transparence et profondeur. La photo d'un ciel bleu et nuageux est projeter et rétro-projeter sur un dispositif de plusieurs moustiquaires disposées les unes derrière les autres et en quinconce. ...la suite


JE. Se présente

ARTISTE-AUTEUR D'ARTS VISUELS MULTIMEDIAS
Appelée Je pour des besoins créatifs, Je est résidente définitive de Fatal Ego Factory. Je profite des espaces, les transformant peu à peu en ateliers de création, en y développant un concept d'art visuel autour de l'EGO.

"Tout ce qui vit et cherche à survivre contient de l'ego" écrit Ben, l'artiste niçois. L'ego est donc partout. L'image et son pouvoir de sublimation en fait la promotion à travers des applications facile d'accès, "le corps sert de symbole visible et tangible pour le Je" nous dit Sartre. J'enquête pour révéler l'ego de "ce qui vit". Je vis, les arbres vivent. J'ouvre mes premiers dossiers d'identifications visuelles en produisant de multiples clichés, séries de reflets augmentés.

EGOGRAPHIE. Autoportraits qui révèlent une identité qui se fonde sur une relation avec l'Autre. Créations numériques

CANAL EGO TREES. Des arbres qui admirent chaque jour leur reflet dans l'eau. Photographies numériques

Le cerveau de Je est porteur d'un monde imaginaire qu'elle met en images - peu importe l'outil. Sa pratique est quotidienne "pour rendre la vie présentable" dit-elle, attachée à ce moment de création indispensable - dessins, prises de notes photo et vidéo. Je intensifie ce moment de plusieurs heures en jouant de la vidéo en temps réel en compagnie de musiciens et d'instrumentistes vidéo.
Je aime rire, mettre trois mouches et une figurine dans un bocal, DADA et les cochons d'Estelle.

Cécile Lacombe est une artiste interdisciplinaire spécialisée dans la création et la manipulation d'images numériques, à travers des projets participatifs, des œuvres sur papier et des performances audiovisuelles.
Quel est mon rapport à l'autre? Elle pense ses mélanges comme des rencontres. Fixes ou animées, elle créée une interaction entre les images sans limites culturelles de genres et de valeurs. Sans place précise elle examine le sensible, percevant les distorsions du monde qui l'entoure elle superpose, elle incruste, elle retourne, elle flipe, elle filtre, elle mixe les images qu'elle filme et photographie, pour nous en livrer le symbolisme et l'ironie.

Issue de la Figuration Libre elle a su trouver une écriture visuelle originale, ses dessins s'attachent à montrer les différences comme un étonnement social, par la composition de personnages singuliers et expressifs. Ses projets expérimentaux impliquent le traitement en temps réel de la matière visuelle, fichiers vidéo ou caméra, donnant lieu à des performances multimédia en direction d'un public, à des ateliers participatifs, et à la création de vidéos artistiques. Elle participe à des festivals et des expositions collectives, Festival d’Oodaaq, Biennale Internationale de l’Image de Nancy, Festival VISION’R, Nouveaux Cinémas, seule ou en collaboration avec des musiciens.


ACTUALITES/PROJETS CECILE LACOMBE . COM


Fatal.Goodies

En édition chez Fatal Ego: T-shirt homme et tote bag sérigraphiés "JE SUIS TROP BEAU", T-Shirt femme et tote bag sérigraphiés "JE SUIS TROP MEUF", créations visuelles de Camelle Cicébo.
Image 1 Image 1 Image 3 Image 3

"Difficile de faire une photo de Camelle sans la voler. Elle m'offre en revanche une version humoristique, graphique et numérique de l'ego, avec une série d'expressions visuelles que Fatal Ego édite pour sa communication.
Vous êtes tous trop beaux !"
c_cil

JE SUIS TROP BY CICEBO
Image 1 Image 1

Fatal Ego Factory sur la croisette pour le festival de Cannes, je suis trop ciné ! Camelle sur Facebook

Image 4 Image 4

je suis trop ... aux 4 coins de l'Europe !

Image 4 Image 4 Image 4 Image 4 Image 4 Image 4


Fatal.NetWork

PRESENTATION DES CREATIONS NUMERIQUES REALISEES PAR DES AUTEURS EN RELATION AVEC FATAL EGO FACTORY

Digit'art work

CLOUDS. Connectée au nuage, c_cil observe des rencontres de données inattendues. Digital drawing and photography

FATAL EGGG..AUX ! Deux auteurs fictifs appliquent leur plan d'urgence: Cartoon New-Age purement digital et récit fictionné.

DOUBLE FACE EXPERIENCE. Création multimedia en temps réel. Vidéos d'improvisations

CANAL EGO TREES. Des arbres qui admirent chaque jour leur reflet dans l'eau. Photographies numériques

EGOGRAPHIE. Révèle une identité qui se fonde sur une relation avec L'autre. Créations numériques

MARINES DU XXIe. Le thème classique du voilier en se demandant quelle représentation donner à "une mer de plastique". Plastifications numériques

Digit'art workshop

"...Un atelier de création vidéo participatif qui propose à chacun de manipuler l'image en mouvement de son propre visage..."

Portrait Public

EgoMotion

Fatal Ego Factory en mouvement. Toute l'actualité des artistes en action. Vidéos

FatalGuest

Récit en images du séjour des créateurs invités par Fatal Ego Factory.

01_Michael Egger.

FATAL EGO FACTORY

1 rue de l'Egalité 36500 SAINT-GENOU.
Val de l'Indre-Brenne. FRANCE.

Fatal.CloseFactory

Eté 2017 - Je ferme l'atelier et arrete toutes ses activités artistiques pour cause d'arnaque à l'amiante lors de la vente du batiment en 2016.

Printemps 2018 - Avec l'aide de son avocat Je porte l'affaire devant le Tribunal de Grande Instance, pour faux, usage de faux et négligence.

Automne 2019 - Je attend l'injonction de conclure pour ses adversaires.

Hiver 2020 - L'atelier est fermé maintenant depuis 30 mois, sans aucune activité.